Pourquoi boire du vin sans intrant ni sulfite ajouté ?

Publié le

 

Il n’est pas question ici de faire la guerre aux vins standardisés, conventionnels, pas plus qu’à la culture raisonnée, ou raisonable, ni à nulle autre démarche un peu trop interventionniste, à notre goût, mais simplement de proposer aux amateurs de vins une autre façon de le voir, de le concevoir et de le boire. En évitant de tomber dans l’excès de ces piquettes que l’on dit natures et qui prennent rapidement la dérive et, par hasard, des allures un peu trop oxydatives. A Buvons Nature ! nous ne sommes pas des extrémistes car ce que l’on aime c’est une belle philosophie dans un flacon bien fait, bon à boire aujourd'hui, sans chichi, pour que cela reste un pur plaisir, que dis-je un plaisir pur que nos mémoires dégusteront à jamais, sans modération. 

C’est ce que nous recherchons chez les producteurs que nous invitons chaque année. Ceux-ci proposent des vins libres, qui naissent en toute quiétude et puisent leur typicité dans des sols propres, fruits d’un travail long et minutieux. Ces viticulteurs, qui nous rendent heureux tant ils respectent la nature de leur terre en y ajoutant rien d'artificiel. Ce qui implique l'absence de désherbants, de pesticides, d'engrais, d'insecticides et de produits de synthèse. C'est ainsi qu'ils nous interprétent, au mieux, toute la partition de leurs terroirs et nous proposent des vins tout en pureté. Alors, nous pensons, peut-être bètement comme certains le disent, mais nous pensons quand même que ce qui est bon pour la terre l’est également pour nos simples corps et pour nos humbles esprits.

Mais le travail sans intrant ne s'arrête pas à la vigne. En cave le vigneron, dont nous goûtons avec félicité la musique bacchusienne, continue sur le même thème. Là, il laisse le vin se réaliser en paix pour qu'il développe, sans se hâter, tout le potentiel de ses arômes. Toujours sur le qui-vive, l'oreille dans le trou du fut, notre vinificateur confie aux levures indigènes le soin d’offrir leurs bienfaits au futur nectar en fermentation. Et ceci dans un seul but, obtenir un vin toujours libre, bien élevé, soignée, calme, stylé et enrichit d’un subtil et étendu panel d’expressions olfactives.

Quand il le peut, notre funambule travaille même sans filet, c'est à dire sans sulfite ajouté. Ce qui n’est pas toujours aisé, car cela demande une attention de tous les instants, beaucoup d'hygiène, une petit production et c'est souvent très risquée car ces vins que l'on dit toujours vivants sont parfois incontrolables. Mais pour nous, quand ils sont réussis, dans le verre, ils nous font du bien. Alors, notre gosier se régale de moult sapidités naturelles et notre raison s’en réjouit. C'est peut-être cette dernière émotion qui fait pour nous, la différence avec un bon vin bien travaillé, mais d'une manière conventionnel ou raisonné !

Pourquoi boire du vin sans intrant ni sulfite ajouté ?

Voir les commentaires


Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog